Balade malgache

Blog

Culture et tradition balade malgache madagascar

Traditions

Posté le / dans: Culture, Région

Avant de se faire une idée précise de ses cultures et de ses traditions, il faut d’abord savoir que la population malgache trouve ses toutes premières origines d’une part, de l’archipel indonésien et de ses hommes de la mer et de la forêt ; d’autre part, de l’Afrique.

Cette île située sur la route du commerce des épices (et autres), ce sont des indiens, des européens, des arabes qui viendront à leurs tours, s’installer et apporter leurs cultures et leurs traditions.

On ne s’étonnera pas de trouver, en plus de différentes coutumes, de nombreuses confessions religieuses.

 

Arbre sacréeLes traditions, « fomba gasy », sont respectées avec crainte à Madagascar.

Le « tromba » : un ancêtre prend possession d’un vivant quelques temps pour revenir voir sa descendance, conseiller ou aider les vivants. S’il s’agit d’un prince défunt, on parle d’un « saha ».

« Zanahary » (Dieu) est le créateur suprême mais ce sont les ancêtres qui détiennent le pouvoir et veillent sur la vie sur terre. Tout manque de respect envers un « razana » (ancêtre) ou un « fady » (interdit – tabou) entraine une punition.

« Moasy » (devin sacré, magicien), « ampisikidy » (devin), « fondy » (guerrisseur sacré) font partie de l’univers spirituel malgache. On peut aussi faire appel à un « ampamoriky » (sorcier) pour ensorceler son ennemi; mais attention c’est dangereux !

 

La fête des femmes.

Cette fête voit son origine en Russie le 23 février 1917 sur le calendrier julien, soit le 8 mars sur le calendrier grégorien, suite à une manifestation et grève des femmes réclamant du pain et le retour des hommes du front. Quelques jours plus tard le tsar abdique et Lénine en 1921 , déclare le 8 mars comme «journée internationale de la femme». Les pays du bloc soviétique célèbrent tous cette fête. L'ONU adopte le 8 mars 1977 une résolution proclamant une journée internationale de la femme.

A Madagascar la journée du 8 mars est fériée et est largement célébrée. Les femmes font la fête, défilent en groupe, chantent, dansent. Regroupées en association elles enchaînent les spectacles, parées de lamba hoany bariolés et assortis, pour le plus grand plaisir de tous, hommes compris. Car les femmes, n'étant pas sectaires, les convient au repas qu'elles auront préparé.


Laisser un commentaire