Balade malgache

Blog

volontaire association akiba nosy komba madagascar

Compte rendu d’un écovolontaire en permaculture fév-mars 2016

Posté le / dans: Agriculture et agroforesterie, Mission Agriculture

Compte rendu de Raphael - Saison des pluies 2016


Notre premier écovolontaire, Raphael, est resté 3 mois à Akiba, de février à avril 2016 (voir son témoignage). Il a réalisé ce compte rendu. Merci Raphael pour ton travail et pour les souvenirs que tu as laissé à toute l'équipe.

COMPTES-RENDUS

18/02/16

Réalisation d'un tas de compost en andain de hauteur et côté, 1,50m de la manière suivante :
A la base : couche de bois sec et humide partiellement décomposé, et préalablement cassé à coup de bêche (environ 20cm)
Puis superposé du bas vers le haut :
Couche d'adventices qui avaient envahie l'enclos en bambous (15cm)
Couche de feuilles mortes (10cm)
Couche d'adventices (gazon, galabère, « herbe aux escargots », lilas de perse) (entre 10 et 15 cm)
Une ou deux couches de compost provenant des toilettes sèches (idem)
A nouveau une couche de bois identique à la base + rames de ravenala et bambou (id)
Couche d'adventices (id)
Couche de bois (id)
Au somment : feuilles de bananiers tenues par planches de bois

21/01/16

Réalisation d'un deuxième tas de compost en andain avec la même composition excepté :
que la base de bois fait entre 10 et 15 cm
que les couches d'adventices et de bois sont systématiquement alternées avec le compost issu des toilettes sèches
Réalisation de bases bois dans les enclos contigüs aux tas de compost, en vue de leur retournement au bout de 2 ou 3 semaines (entre 20 et 25 cm pour le tas de compost n°2)

23/01- 24/01

Réalisation de deux tas de compost en hauteur, sous des manguiers à haute frondaison, pour leur éviter une trop grande exposition au soleil, qu'ils soient protégés des fortes pluies et pour leur assurer un bon drainage.
Remarque : la base bois n'est pas égale puisqu'elle vient compenser le dénivelé de la colline. D'autre part, il n'y a pas d'ajout de compost issu des toilettes sèches.

- Entre temps, réalisation de deux planches de pépinière en bambous

29/01

Semis de poivrons doux dans la planche de pépinières hors-sol en bambous n°2 : terre type « leptosols » (terre de surface peu fertile) selon l'Agrodoc Fertilité du sol, émiettée + fumier
Remarque : le maximum de racines est enlevé du substrat, puis le semis se fait à environ 3 cm de profondeur. Ensuite, arrosage de la planche.
La terre semble trop argileuse et pas assez drainante (formation d'une espèce de croûte « étanche » à la surface qui peut empêcher les racines des futurs plants d'être oxygénée correctement). Cependant, le plancher en tiges de bambous disjointes compense.
Recherches : appriori, terre de type limoneux-argileux (lisse et collante, ferme).
Semis de laitues, mâches et choux de chine dans la planche de pépinière n°1, qui ne contient pas de fumier.
Remarque : environ 3cm de profondeur pour les graines de laitue, puis 1cm pour les autres.
Pas d'arrosage de la planche : le semis est effectué par temps couvert et pluvieux, suivi de belles éclaircies dans l'après-midi. La planche est alors pleinement exposée.

Attention : grosses pluies dans la journée du 30/01

01/02

Semis de graines de piment de table dans la planche de pépinière n°2, sur la surface du substrat. Idem pour aubergines.
Remarque : les graines sont peu exposées ça cause du toit en feuilles de bananier.

Planches de pépinière probablement détrempées

Pluie modérée dans la nuit

02/02

Semis de graines de piment de table à environ 1 cm de profondeur dans la planche de pépinière n°2 (celle avec du fumier)
Remarque : pas d'arrosage dans la foulée, car la terre est déjà gorgée d'eau. Le premier jour, peu d'exposition au soleil : la table est recouverte de feuilles de bananier la moitié de la journée, et ensuite le ciel est gris, couvert et brumeux.
Le deuxième jour, toujours pas d'arrosage, et la couverture est permanente.
Semis de graines de courges au pied de rochers, en amont du futur étang, avec application préalable de cendre et charbon de bois au substrat.

Pluies dans la nuit, jusqu'en début d'après-midi le lendemain

03/02

Semis de graines de poivrons et coriandre à même la surface du substrat dans une jardinière en bambou. Elles ne reçoivent pas de luminosité le 1er jour, les couvercles étant fermés.
A nouveau, semis de laitues dans la planche n°1, mais cette fois-ci à 1 ou 2 cm de profondeur. Semis de mâche, d'aubergine et de poivrons doux, à la volée en surface du substrat.
Temps correct dans l'après-midi.

Nombreux maïs couchés ou cassés. Sur flanc de cuvette N., cela semble être dû à du vent du S.. Le reste est dû aux fortes pluies de la nuit. La question de la sélection des graines est également posée.

Fortes pluie dans la nuit

04/02

Le substrat des planches de semis est détrempé suite à l'oubli de la remise des toits avant la nuit.
Les semis en jardinière semblent être envahis par les fourmis. Application de cendre et charbon à leurs pieds.

05/02

Prise de température des quatre tas de compost : phase d'échauffement terminé (depuis 2-3 jours déjà). Métabolisme normal ou tas trop humides ?
Remarque : mauvais drainage des deux tas de compost au centre du potager, avec d'importantes eau de ruissellement qui passent dessous. D'autre part, les feuilles de bananier sont peu imperméables.
Remise des toits sur les planches de semis après en avoir raccourci les pieds, dans le courant de l'après-midi. Remplacement des feuilles de bananier par du ravenala, jugé plus étanche.
Mise en terre d'un appât à vers à base de marc de KF, en vue de récolter des vers de terre pour le futur lombricomposteur.

06/02

Transplantation de deux citronniers marcotés.
Démarrage avorté du lombricomposteur, faute de litière préalable.

07/02

Réalisation de la litière (morceaux de carton découpés et humidifiés, marc de KF, et fibre de noix de coco)
Transplantation de trois Souie (?)

Fortes pluies une bonne partie de l'après-midi

08/02

Débitage de bois pour la réalisation d'un « four » à charbon

Soleil dans l'après-midi

09/02

Sarclage (ovy en particulier) des pignons d'Inde (Jatrofa), et des lianes de vanille.
Deux marcotes aériennes de citronnier.
Epandage de marc de KF dans la jardinière.
Sarclage haricots en contrebas de la cuisine, et mise en place de tuteurs.
Semis de petsaï, concombre, choux de chine, mâche, citron et brède morôngo, à la volée et en surface, dans une deuxième jardinière en bambou.

10/02

Préparation du « four » à charbon
Récolte de lianes de vanilles dans les hauts de l'île
Retournement du tas de compost n°1

Intervention dans la nuit sur le « four » pour colmater les brèches.
Les graines d'aubergine de la planche à semis n°2, commencent à germer.
Pleine exposition des planches à semi au soleil, toute la journée.

Soleil et quelques averses dans la journée

11/02
Amélioration de la litière à vers, et humidification du substrat.
Début du retournement du tas de compost n°2 : l'occasion pour lui de sécher un peu au soleil.
Transplantation (bouturage) de lianes de vanille sur les pignons d'Inde près du futur étang.

Le tas de compost en question est bâché pendant la nuit, ainsi que la planche à semis n°2.
Les haricots sarclés deux jours auparavant commencent à grimper vers les tuteurs.
Germination des graines d'aubergine bien avancée dans la jardinière n°1. La coriandre ne germe pas.

Pluies une partie de la nuit, après une journée très ensoleillée.

12/02

Arrosage des graines d'aubergine de la planche à semis n°2.
Achèvement du retournement du tas de compost n°2 : un volume important de bois est retiré . D'autre part, la couche à la base est détrempée à cause des eaux de ruissellement.
Récolte des vers présents dans le substrat de la planche à semis n°1, puis séchage avant mélange avec de la terre de surface et feuilles de pois d'angole pour apport d'azote.
Récolte du charbon (9 gounes).

Plusieurs pousses de courges aux pieds des treilles à haricots.

13/02

-

Petites pousses de petsaï dans la jardinière n°2.
Germination des choux de chine.
Les graines de concombre s'ouvrent.
Les piments de table ont des petites poussent (2-5cm), ainsi que les aubergines (5cm).

Journée ensoleillée.

14/02

Prise de température des tas de compost n°1 et n°2 : pas d'échauffement... Trop sec ? A protéger avec des bâches ou des feuilles.
Repiquage de plants d'aubergine (toits amovibles retirés).
Semis d'amarante dans le carré mitoyen à la pépinière de cacao.
Semis de graines de citrons à la volée, dans un carré au niveau de la seconde entrée du potager.
Récolte de gousses de Kodry pour séchage.

La sosoty transplantée sur le grillage du potager dépérit.
Idem pour les pois d'angole, qui perdent leurs feuilles.

15/02

Construction du nouveau poulailler (remarque : toujours pas de pilotis).
Mise en route du lombricomposteur avec petit apport de nourriture (peau de bananes + épis de maïs rognés).
Désherbage parcelle maïs + haricots + courges : attention, les haricots sont bouffés par les pucerons.
Mise de côté d'une liane de fruit de la passion.

17/02

Transplantation de sosoty le long du grillage du potager.
Préparation d'une solution au marc de KF, puis épandage en fin d'après-midi sur les Kodry.
Préparation d'une solution au piment.
Déterrage d'une racine de songe près de la cuisine : pas de pourriture ou de gales. La cause des taches nécrosées sur les feuilles est vraisemblablement le trop plein d'humidité.
Arrosage des pois d'angole transplantés le long du grillage du potager.

18/02

Semis de graines de poireaux à la volée et en surface, dans la planche à semis n°1.
Semis de graines de poivron sur le même substrat que celles initialement semées.
Semis de fleurs dans une jardinière le long de la cuisine.
Repiquage de plants d'aubergine, en pépinière.
Epandage de la solution au piment sur la pomme en l'air, les kodry, les patates douces, ainsi que les Makadrodro : présence de petits insectes ailés jaunes et noirs sur les feuilles sur ces derniers.
Semis d'amarante dans l'après-midi, sur l'emplacement de l'ancien enclos à canards.
Mise en place de la liane de fruit de la passion.

Germination des graines de concombre.
Attention : quelques plants d'aubergine de la jardinière n°1 sont bouffés par une chenille.
Les graines de coriandre ne germent toujours pas.
La pomme en l'air près de la cuisine est mangée par les chenilles.
La courge près du rocher du potager est en fleurs depuis déjà plusieurs jours.
Pas de nouveau pour les graines de coriandre, poivrons et concombre en jardinière.
Seulement deux des courges (sur 5 ou 6) semées en amont du futur étang, prennent : manque de pluie ?

Pluie dans la nuit, jusqu'au lendemain dans la matinée.

19/02

- Construction du nouveau poulailler et adjonction d'eau.
Prise de température des deux tas de compost : hausse de la température. Ok.
Désherbage du basilic.

Des champignons blancs poussent sur les jardinières en bambous.

20/02

Terrassement de l'étang pour pisciculture.
Application de solution au piment sur les jardinières, contre les champignons.
Application de solution au Neem ?

Pousses d'angivy dans le panier derrière la cuisine sont bouffées par les chenilles : application de marc de KF tout autour, ainsi qu'autour de la canne à sucre.
Les cornichons font de belles pousses.

21/02/16

Ajout du savon à la solution de Lilas de Perse (Neem)
Transplantation de 2 cœur de bœuf dans la pépinière d'arbres
Prise de température des deux tas de compost du potager : pas de réchauffement notable

Pluie dans la nuit
Remarque : couvercles jardinières retirés

22/02/16

- Désherbage de la deuxième planche pépinière avant repiquage de plants d'aubergine et de petsaï
-Transplantation des deux bambous bouturés restant dans le lit de la rivière
Application de la solution au piment sur les jardinières 2 et 3, et grattage au couteau des champignons présents
Poursuite du terrassement de l'étang jusqu'en fin d'après-midi
Confection « boite à insectes » pour identification : capture d'un des insectes volants noirs et jaunes repérés sur les haricots près de la maison + œufs sur feuille d' haricots du potager
Application de la solution de neem sur les jardinières/ pépinières de légumes/ haricots potager – terrain adjacent à la maison – derrière la cuisine/ canne à sucre
Prise de température des deux tas de compost du potager : toujours pas de réchauffement notable
2 arrosoirs sur tas de compost n°2

Plusieurs plants d'aubergine couchés dans la jardinière 1 suite à la pluie
Elimination d'une chenille sur la pomme en l'air près de la cuisine
Pois d'Angole : 4 ont repris, 2 en suspens et ? visiblement morts
Amarante : une pousse ou deux ? A surveiller...
Pas d'arrosage pour cette dernière en fin de journée.

Forte pluie dans la nuit

23/02/16

Repiquage d'une dizaine de plants d'aubergine
Essai d'identification des ravageurs des Makadrodro (?) (alias pois du cap ou pois de lima?) sur le rocher près du réfectoire
Résultat : échec. Peut-être une espèce de charançon local (petit insecte volant rayé jaune & noir sur le dessus, mais semblant être dépourvu de trompe)
Terrassement de l'étang
Application de marc de KF au pied des haricots (lequels?) du potager

Des champignons poussent à nouveau sur les jardinières
3 des courges que j'ai planté au dessus de l'étang poussent (sur 6 environ)

Petites pluies dans la nuit
Remarque : bâchage du compost n°2
24/02/16

Terrassement de l'étang

Germination de graines de piment dans la jardinière n°2
Apparition de nouveaux champignons sur l'ensemble des jardinières
Légère moisissure sur les graines de poivrons de la jardinière n°1

25/02/16

Fin du terrassement de l'étang
Réalisation d'un carré de semis près de l'entrée du haut
Application de la solution de Neem préparée le 21/02/16, sur les haricots

Attention à l'humidité dans les planches de pépinière : plusieurs plants semblent manquer légèrement d'eau
Pas d'arrosage des choux de chine et du petsaï avant la nuit : en effet, un dépôt vert humide et luisant sur le substrat est présent. Début de la « fonte des semis » ?
Début de moisissure (sports blancs) sur les petsaï (jardinière n°2), et les piments de table (jardinière n°1)
Les graines de citron ne germent pas
Attention : il semblent y avoir des ravageurs qui s'attaquent aux plants des planches de pépinières : certains d'entre eux sont grignotés

Fortes pluies pendant la nuit
Remarque : bâches des tas de compost retirées

Séjour à Ankarana du 26/02 au 13/02/16

15/02

Récolte feuilles de Neem puis cuisson
Transplantation de gazon dans l'enclos des canards

4 œufs dans une des maisonnettes du poulailler

Pluies dans la nuit

16/02

- Repiquage de la coriandre du marché, dans la planche d'aubergines, de choux de chine et brèdes mafana ; et dans une des buttes à aubergines
Construction des maisonnettes à canard près de l'étang, le matin
Désherbage « herbe aux escargots » dans la vallée pour plantation future de cacao
Cuisson du savon pour la solution au Neem
Epandage marc de KF au pied des cannes à sucre

Plusieurs plants d'aubergines sur buttes (non paillées) souffrent de la chaleur (pas d'arrosage manuel le matin), et semblent attaqué par des ravageurs (chenilles?)

Plusieurs pousses d'angivy semées par Vita Soa dans les jardinières à poivron, commencent à sortir.
Les graines de brèdes morougue ont moisis
Plusieurs plants d'amarante (environ 8) sont sortis dans la parcelle près de la pépinière des cacaos (sur la partie la plus exposée au soleil)
Plants d'aubergine dans les deux pépinières sont en forme, ainsi que les plants de cornichons (ou concombre?) dans la jardinière n°3
Deux d'entre eux ont été mis en place en amont de la porte d'entrée principale du potager (voisinage du manioc et des pois d'angole)
L'étang fuit, mais par où ? Attention aux risques de glissement de terrain
Les plants de coriandre repiqués, semblent en mauvais état
Il ne reste que 3 des plants bouturés de pois d'angole, le long de la clôture du potager
Les tournesols mexicain se portent bien
Visiblement, les Kodry ne sont plus attaqués par les pucerons
Les 3 courges qui avaient pris en amont de l'étang, sont mortes
Cependant, beaucoup de ces dernières poussent à l'emplacement de l'ancien « four » à charbon
Le piment de table restant, qui avait été repiqué près du basilic, sur une parcelle soumise à de forts écoulements d'eau, se maintient
Le basilic présente plusieurs taches noirs sur ses feuilles, probablement dû à un « trop plein » d'eau
Les deux tas de compost sont en stand-by : leur température n'est pas remontée
Les deux bambous de chine transplantés dans le lit de la rivière le ?, ont pris
Visiblement, un des souies (?) transplantés le ? Dans la vallée, a disparu
De plus, les mâches de la jardinière n°1 semblent avoir pris !

2 arrosoirs sur tas de compost n°2 avant la nuit

17/03

Désherbage des planches de pépinières et du carré d'amarante
Poursuite du désherbage de « l'herbe à escargots » par les gars
Début du retournement du compost n°2
Epandage de la solution de Neem sur la planche brèdes mafana/ choux de chine/ aubergines, et sur les deux buttes d'aubergine les plus en amont

Les Kodry situés derrière la maison semblent arrivés à maturité
Visiblement les graines de poivrons ne doivent pas recevoir trop d'eau pour pouvoir germiner rapidement
Les graines de poireau dans la planche de pépinière n°1 n'ont pas encore commencé à germer. Après renseignement, il semble que le temps de germination soit long
Le tas de compost n°2 ne peut pas reprendre sa phase de décomposition normalement, à cause de la disproportion du bois à l'intérieur

Pas de pluie dans la nuit

18/03

Achèvement du retournement du tas de compost n°2 : retrait de nombreux bouts de bois non-décomposés et ajout de matière azotée. Ajout de deux seaux d'eau, puis recouvrement avec des feuilles de bananier.
Paillage des deux buttes d'aubergine les plus en amont, ainsi que des allées.
Poursuite du désherbage de la vallée, par les gars.
Deuxième épandage de la solution de Neem aux même endroits que la veille, puis sur les deux buttes d'aubergine restantes, les jardinières, et les planches à semis.
Récolte des Kodry situés derrière la maison, et près de la cuisine. Ces derniers en vu d'être semés.

Les jeunes plants d'angivy dans le panier derrière la cuisine reprennent.
Idem pour les plants de piment et d'angivy dans le panier voisin.

Pluies dans la nuit, et jusqu'en début d'après-midi le lendemain.

19/03

Repiquage d'une partie des choux de chine, et des angivys dans la planche de semis n°2 : léger arrosage
Paillage des deux dernières buttes d'aubergine manquantes
Désherbage en contrebas du gîte

2 plants de coriandre sur les 4 repiqués, semblent avoir pris.
C'est aussi le cas d'une des graines de la jardinière n°1.
Le lombricomposteur semble bien fonctionner : pas d'odeurs, de nombreux vers dans la partie haute, ainsi que dans la litière intermédiaire.
Remarque : enfouissement d'un épis de maïs en cours de moisissure dans la partie haute.
Certains plants d'aubergine récemment mis en place perdent de leur feuilles : il se peut que le « sevrage » n'ait pas bien été effectué avant l'opération (réduction de l'arrosage, exposition accru au soleil, au sein même de la jardinière.
Plusieurs lianes de vanille en périphérie de l'étang et du potager semblent dépérir.

Séjour à Tana du 20/04 au 05/04

Faibles pluies dans la nuit

06/04/16

Retournement tas de compost n°1 et tamisage + ajout 2 seaux d'eau pour la nuit + couverture de feuilles de bananier en journée à partir de ce jour.
Récolte feuilles de Neem.
Désherbage des buttes d'aubergine.

Aucun des pieds de coriandre mis en place n'a survécu : pas assez d'eau ( pas d'arrosage matin et soir ?).
Seulement 4 choux de chine ont survécu : manque d'eau, ou ravageurs ?
Le lombricomposteur est envahi par des fourmis qui tuent les vers.
L'épi de maïs qui avait été enfoui a germé, je l'enlève.
Les aubergines dans les planches de semis sont attaquées par des chenilles (morceaux entiers de feuilles découpés/ feuille enroulée autour d'un cocon, avant d'être grignotée et de se nécroser/ présence de petites boules noirs = déjection des chenilles)/ ou autre prédateurs (nombreux petits trous dans les feuilles.
D'autre part, certains plants semblent avoir fondu.
Seulement 2-3 des plants repiqués ont été entièrement bouffés (reste seulement la tige) : en plus des chenilles, présence de petites mouches noires, ainsi qu'une sorte de minuscule ?
Des plants de basilic parsèment les buttes à aubergines.
Les lianes de Kodry le long de la cuisine ont été arrachées après la récolte.

Faibles pluies dans la nuit

07/04

Bêchage de la parcelle mitoyenne de la cuisine + ajout de compost, puis semis de maïs.
Réalisation solution de Neem.
Dilution du « jus » de compost (déjà largement dilué avec de l'eau de pluie?) fois 10 avec de l'eau, puis application sur les plants d'aubergine en place.

La mauvaise étanchéité du bassin provient du fond et non de la digue !
Présence de charançons (?) sur l'ensemble des lianes de pois ( Makadrodro ou Tsiasisa).
Retour des pucerons sur les Kodry.
Les plants d'angivy dans la planche à semis n°2 se portent bien, mais certains plants semblent être attaqués par les même ravageurs que les aubergines (présence de nombreux petits trous dans les feuilles).
Les plants de canne à sucre sur lesquels avaient été appliqué du marc de KF ont aussi été attaqués par les vers foreurs. Normal : pas de régularité dans l'application.
Le poulet américain a pondu 8 œufs dans un des pondoirs du poulailler, et les couve quotidiennement.

08/04

Application de la solution de Neem sur l'ensemble des aubergines, choux de chine, angivys et légumes en jardinière du potager (attention : application y compris sous les feuilles).
Idem pour les Makadrodro du potager, et les Tsiasisa
Recherches @ sur les ravageurs : d'après un document du ?, les fameux charançons sont en fait des « coleoptere curculionidae » (ou espèce similaire).
Moyens de lutte : extrait aqueux de tabac/ solution de neem/ solution à base d'ail/ ail en association de culture.
Les petites mouches noires sur les aubergines sont des « dipteres agromyzides ».
Moyen de lutte : ail en solution, ou en association de culture.

Le tas de compost n°2 que j'avais retourné avant mon départ, est remonté en température (moins que dans la première phase).

Pluies dans la nuit

09/04

Apport de nourriture dans le lombricomposteur : tomates cerises, épluchures de courge, cosses de haricots, tiges de courges. Ces aliments ne sont pas encore en phase de décomposition, ils sont donc enfouis après avoir été découpés en petits morceaux + humidification des deux étages (décomposition/ affinage) avec l'équivalent d'un demi-verre d'eau à chaque fois + disposition de citron en décomposition dans une coupelle à l'intérieur de l'étage décomposition, pour faire fuir les fourmis (qui semblent déjà beaucoup moins nombreuses) + disposition du lombricomposteur sous l'évier dans la cuisine, pour garantir des températures plus favorables à l'activité des vers+ remplacement de l'eau dans l'écuelle en dessous des bacs, par de la cendre. But : permettre aux fourmis récentes de partir, et empêcher de nouvelles d'entrer.
Désherbage du potager et plantation de breds mafana dans un carré bêché au préalable, situé en aval du terrain, proche de la cuisine. Confection d'un toit en feuilles de ravenala.
Poursuite de deux buttes dans la continuité de celles déjà existantes, en vue de mettre en place, des aubergines, des angivys, oeillets d'Inde et des choux de chine

A la place de la litière, dans l'étage affinage, il y a comme une sorte de terre grise très humide et pâteuse/ visqueuse, dans laquelle, au fond, se cachent de nombreux vers.
Plusieurs vers mangés par les fourmis se décomposent dans ce mélange qui sent fort et pas très bon, si on approche le nez.
Dans l'étage décomposition, les morceaux de coquilles d'oeuf sont toujours présents : les vers ne les mangent pas, ils servent juste à la régulation du PH.
Une dizaine d'aubergines sur les buttes (soit 1/3 environ) ont presque la même taille que quand elles ont été repiquées. Hormis pour 3 d'entre-elles qui se sont fait bouffées, les autres semblent souffrir d'un manque de nutriments disponibles.
Apparemment, d'après Vita Soa, la quasi totalité des choux de chine repiqués avant mon départ à Ankarana, en plus des attaques de ravageurs, en souffert d'un trop plein d'eau.
Deux plants de poivrons dont Vita Soa avait semé les graines sont sortis de terre un peu en contrebas du carré d'amarante, et se portent bien !
Les amarantes semblent attaquées par des chenilles (?)
En plus des « dipteres agromyzides »et des « coleoptere curculionidae », certains plants d'aubergine commencent à être envahies par des pucerons (en particulier ceux des planches de pépinières, et les plants repiqués en pleine terre, en aval du potager).

10/04

- Mise en germination d'un noyau d'avocat, dans un bol rempli de « thé » de compost.

Les feuilles des plants d'aubergine (en particulier dans la pépinière n°1, se nécrosent).

Fortes pluies dans la nuit.

11/04

Préparation (bêchage sur 15cm-20cm de profondeur + émiettement au râteau) d'un carré pour la plantation de la mâche, d'angivys et d'oeillets d'Inde.
Transplantation des deux plants de poivrons dans le carré à amarante (sur la partie la plus ensoleillée). En théorie, cette association est favorable.
Repiquage sur les nouvelles buttes.
Semis de petsaï et d'oignons sur un carré préalablement bêché en haut du potager. Recouvrement avec des feuilles de ravenala.
Epandage de la solution de neem préalablement diluée avec 4L d'eau supplémentaires, sur l'ensemble des aubergines, angivys, choux de chine, ainsi que sur les Makadrodro du potager et sur les rochers près de la maison.

Après avoir pensé que les feuilles des plants d'aubergine se nécrosaient à cause d'un trop plein d'eau, il s'avère que ce pourrait-être un dosage trop important en savon dans la solution de neem, qui soit à l'origine de ces symptômes.
Exposition en plein soleil des tas de compost pendant toute la journée, afin qu'ils puissent sécher.

13/04

- Bêchage d'un carré pour replanter le cornichon ou le concombre de la jardinière en bambous, avec du compost.

Plusieurs pommes en l'air sur les treilles à côté de la rivière. Idem pour les makadrodro du potager.

14/04

Remise de feuilles de bananier sur les tas de compost.
Apport de nourriture dans le lombricomposteur (bouts de tomates, riz, coco râpée, fibres de cannes à sucre et de courges) et déplacement de la coupelle contenant le citron moisi, dans le bac d'affinage.
Paillage des deux petites buttes.
- Repiquage dans le carré préparé le 11.
Remarque : en trois jours, la terre a commencé à sécher fortement, y compris en profondeur, à cause du labour. La prochaine fois, il serait préférable dans l'idéal de faire le repiquage le jour même, ou alors d'humidifier la terre auparavant.
Il semble aussi préférable de repiquer les plants en conservant la motte de terre d'origine, autour des racines.
Lors du repiquage, j'émiette la terre des trous dans lesquels je met les plants pour permettre une meilleur prise des racines. Je verse aussi l'équivalent de 3 verres d'eau au pied de chaque plants.
- Plantation de cacaos.

Une des marcottes de citronnier a disparu...
L'autre a prise !
Les fourmis ont quitté l'étage supérieur du lombricomposteur, mais sont en nombre dans l'étage inférieur.
Plusieurs plants d'aubergine repiqué en aval du potager.
L'herbe asiatique (?) a été fauchée par mégarde du carré à amarante.
Les extrémités de plusieurs cornichons qui poussent le long de la clôture du potager sont fanées : manque d'eau ?
Un des pois d'angole (celui juste en amont des tas de compost), a le pied rongé, de sorte qu'il s'affesse jusqu'à se coucher par terre... En tentant de le tuteurer, le tronc c'est déchiré au niveau de la division des deux premières branches.
Il se peut que ce soit la maladie appelée « Flétrissement fusarien », est est la contamination par ? Des racines et des tiges de la plante. Ces dernières se dessèchent progressivement. Un sol trop humide est favorable au développement de cette maladie.
Le pois cajan (d'angole), est un arbuste vivace, qui a tendance à se suffire à lui-même.

Pluies dans la nuit.

15/04

Repiquage du concombre (ou cornichon) avec bon arrosage.

Un des deux plants de poivron du carré à amarante a la tige sectionnée...
Les piments qui avaient été replantés en bas du potager sont faibles : un trop plein d'eau fort probable.
Les deux planches à semis sont trop humides, ce qui a sûrement favorisé la fonte des semis pour les choux de chine, mais aussi pour une partie des aubergines.
Plusieurs plants (combien ?) d'aubergine (ou de choux?) repiqués sur les deux petites buttes, ont perdu leur feuilles, il ne reste plus que la tige. Ce phénomène est sûrement dû :
au fait qu'ils ai été repiqués avec les feuilles de la base trop près du sol (d'autant plus que le paillage a été effectué après le repiquage, et non avant) : l'arrosage a favorisé le pourrissement de ces dernières.
Au fait que l'arrosage a été effectué deux matins vers 8h30, alors que les rayons du soleil commençaient à chauffer ces derniers. Dans l'idéal, il vaudrait mieux s'occuper de l'arrosage dès le lever à 7h, et ce d'autant plus a partir de fin mars, où le soleil semble chauffer le potager plus tôt.
L'unique choux de chine qui semble avoir pris dans le carré en haut du potager, est grignoté par une sorte de chenille/petit mille-pâtes noir, avec de fines bandes jaunes sur le dessus : LEPIDOPTERES PYRALIDAE au stade de vers gris ?

Des pousses des maïs (une dizaine) dans le carré à côté de la cuisine, commencent à sortir de terre.

Remarque : les jours sont plus courts pendant la saison des pluies.

16/04

Réalisation d'une solution à l'ail (100g d'ail pilé, 10g de savon à la potasse, un ½ L d'eau froide mélangés puis filtrés, et dilués dans 5L d'eau) et pulvérisation en fin de journée, sur les oeillets d'Inde, ainsi que sur la coriandre .
Récolte de longues herbes (1-2m) situées près du lit de la rivière dans la cuvette, pour faire sécher et s'en servir de paille pour le potager.
Binage des deux buttes d'aubergine inférieures, au niveau des plants qui ont déjà plus de 4 feuilles. But : lutter contre d'éventuels œufs de larves dans la terre.
Paillage
- Semis de cacahuètes

Le concombre (ou cornichon) repiqué la veille, paraît complètement désséché.
Les laitues (sauf les plus petits plants qui ont commencé à perdre leurs feuilles) et les oeillets d'Inde repiqués semblent tenir le coup. Les choux par contre, perdent leurs feuilles comme lors des derniers repiquages.

Pluies dans la nuit ?

17/04

Le concombre (ou cornichon) repiqué, a les feuilles qui se sont complètement délité et nécrosé, comme si il avait eu un trop plein d'eau. Il se peut que ce soit le flétrissement bactérien.

18/04

Plusieurs pousses de maïs semblent avoir disparu. Manque d'eau, ou mangées par les poules ?

19/04

Pluies dans la matinée

- Binage des buttes et paillage autour des plants.
Semis d'haricots kilométriques juste en amont de là ou avait été planté le riz (environ 15cm de profondeur dans un large trou préalablement biné -terre émiettée- , avec de la cendre et des morceaux de charbon de bois pour les deux premiers, puis idem mais dans un trou étroit et profond d'environ 10cm).
Pulvérisation de solution à l'ail sur les oeillets d'Inde encore envahis par les pucerons, et sur le plant de coriandre.

Apparemment, ce n'est pas le Lepidoptere Pyralidae qui s'attaque aux choux :on ne remarque pas deux taches brunes foncées en forme de triangle opposées par le sommet sur leur tête ; et leurs pattes abdominales semblent bien efficientes (voir le pdf du GSDM sur les ravageurs secondaires).
Cependant, l'espèce de mille-patte semble en effet s'enterrer au pied des plants, en journée.

Petites pluies dans la nuit.

20/04

- Repiquage du plant de piment de la jardinière n°1, du plant de coriandre (id.), et du plant de piment (?) de la planche à semis n°2, sur les buttes.
- Paillage des allées du potager.
- Préparation carré de semis de maïs, avec ajout de compost.

Une graine de haricot au niveau de chaque treille du potager, a pris.
Le plant de coriandre semble être débarrassé des pucerons.
Le plant de cornichon (ou concombre) qui avait été replanté le 15, semble avoir subi un flétrissement bactérien (feuilles infectées se couvrent de plages vert mat/ les tiges coureuses flétrissent/ les plants jaunissent et meurent).
Plusieurs « dipteres agromyzides » sur les plants d'aubergine, lors de l'arrosage du matin.

21/04

- Résultats des test du sol, d'après le document de la FAO :

Au niveau des buttes :

La texture du sol est moyennement fine.
Au test de la « boulette secouée », il se révèle que le sol est du limon ou du limon-argileux.
Lors de celui de l' « écrasement sec », il se révèle être de l'argile silteuse ou sableuse.
Au test des manipulations successives, de l'argile légère.
Pour finir, à celui des « secousses », de l'argile.

Le protocole du test de la bouteille ne semble pas être bon : selon les résultats obtenus et d'après la classe texturale USDA, le sol serait classé dans la classe Limon-sableux...
Il faut laisser le mélange se reposer 24h voir une petite semaine, jusqu'à ce que l'eau se soit éclaircie , pour que les résultats soient fiables (« si l'eau ne s'est pas éclaircie au bout d'une semaine, c'est que les argiles ne floculent pas > « mauvais argiles » au sens agricole, qui n'établiront pas de liens avec la matière organique » Le manuel des jardins agroécologiques de Terre et Humanisme).

Les résultats au niveau de l'étang sont les mêmes, hormis qu'au niveau des tests pour déterminer la texture du sol, il apparaît qu'il y a légèrement plus de sable.
Ce constat est confirmé lors du test du lancé.

Semis de cornichons et de concombre dans le carré où avait été replanté le probable cornichons, avec du compost.
Remise en route de l'eau dans le bassin à canards, qui est trop sales (merdes partout/ légère moisissure verte sur le fond et les bords/ mauvaises odeurs).
Epandage de solution à l'ail sur les haricots du potager, et sur ceux qui courent à même le sol, à côté de la maison.

Toutes les graines de haricots kilométriques ont prise. Aucune pour les haricots rouges.
Arrachage des plants de brêde mafana qui avaient pris en amont du potager pour le kabaka (bouillon)... No comment !
Encore les dipteres...
Après avoir fait un tour, il semble que pour l'instant, seulement 2 graines de cacahuètes aient germé.

Fines pluies dans la nuit.

22/04

- Repiquage de six plants d'aubergine autour du pois d'angole au dessus du robinet à eau du potager. Ils ne sont pas en bonne santé puisqu'ils ont déjà échappé à la fonte des semis des planches à pépinières et qu'ils ont survécu à la solution de neem trop savonneuse.
Nettoyage de la maison à canards en grattant à la bêche, et à coup de seaux d'eau savonneuse.
Test : épandage de feuilles de bananier sur le sol en guise de litière. En effet, l'espacement entre les lattes n'est pas suffisant, la merde et la bouffe des canards stagne.

Présence de fourmis sur les haricots du potager, mais plus de pucerons.
5 des œufs ont éclos soit 15 jours après la vraisemblable ponte. Celle-ci a sûrement eu lieu plus tôt car normalement le temps d'incubation est de 21 jours.
Le plant de coriandre tient le coup.
Pas d'arrosage ou très léger pour les légumes le matin, comme les jours précédent : le sol reste très humide pendant la nuit.
Une chenille est de retour sur l'unique choux de chine (carré en amont du potager), qui avait survécu.
Surprise !: le niveau de l'eau dans le bassin est haut, et de l'eau déborde jusque dans le potager en aval, par l'une des évacuations.
Les plants de cacahuètes commencent à sortir de terre.

23/04

Coupe de neem pour construction poulailler.
Epandage solution ail haricots
Arrosage gazon

25/04

- Repiquage de 7 plants d'angivy en haut du potager, à côté de celles déjà repiquées.
- Début de la construction du poulailler.

26/04

Construction du poulailler
Ajout de nourriture dans le lombricomposteur (tiges de courges, fibres de jaque, peau de concombre).

Arrosage des graines de haricots kilométriques semées le 19, tous les soirs, depuis une petite semaine.
Présence de petites moisissures à la surface du bac à décomposition du lombricomposteur.

27/04

Deux haricots kilométriques sur les trois plantés au dessus du riz sortent de terre.
De nombreux plants de cacahuètes sortent de terre.
Une pousse de maïs dans le carré avec le compost.
Les angivys qui ont été plantées par Vita Soa en haut du potager sont attaquées par les chenilles depuis une semaine environ.
Deux sur les trois avaient été traitées avec la solution de neem un petit mois auparavant.
Le noyau d'avocat dans le bol rempli de « thé » de compost, n'a pas encore commencé à germer.
Pas d'arrosage des tas de compost le soir, depuis 2 jours.

BILAN :

COMPOST :

- Construction :

Ne pas construire les tas de compost sous des arbres avec une importante frondaison pendant la saison des pluies, sinon ils ne sont pas assez humidifiés.
Remarque : peut-être envisager pour l'année prochaine, de déplacer les tas de compost du potager en bordure, pour éviter que la base et les premières couches soient trop humides pendant la saison des pluies.
Ne pas mettre de morceaux de bois trop gros (20-30cm et +), ou alors bien les casser auparavant.
Ne pas hésiter à faire des couches de plus de 10cm : c'est ce qui a été fait pour le tas de compost n°1 et c'est celui qui a le plus vite « descendu ».

- Entretien :

Retourner au moins trois fois les tas avec deux semaines d'intervalle.
A cette occasion, ne pas hésiter à enlever les morceaux de bois trop gros, et à en rajouter (du petit bois, ou alors de l'herbe – matière azotée) en fonction de l'avancée de la maturation.
Dès que la pleine saison des pluies est passée, arroser chaque tas avec l'équivalent de deux arrosoirs, chaque soir, et couvrir en journée avec des feuilles de bananiers.

- Utilisation :

Se renseigner au préalable si tel ou tel légume apprécie le compost pas encore arrivé à maturité.

PEPINIERES :

Peut-être préférer de la terre plus sableuse, puisque les graines ne nécessitent pas beaucoup de matière organique. Ainsi, il ne se forme pas de légère croûte à la surface, qui empêche l'air de parvenir aux racines, et le substrat est plus drainant.

Bien espacer les plants lors du repiquage dans les planches, pour éviter la fonte des semis.
Idem lors du semi, préférer semer moins de graine, sauf si de nouvelles planches à semi sont construites.

Ne pas se fier à l'unique apparence du substrat lors de l'arrosage, mais préférer apprécier son niveau d'humidité en mettant le bout de doigt dans la terre. Idem pour les plants mis en place.

Avant le repiquage en pleine terre, réduire les arrosages et enlever de préférence le toit en bambous (deux-trois jours auparavant).
C'est ce qui n'a pas été fait, et qui a joué je pense pour les aubergines, choux de chine et laitues.

Ne pas attendre trop avant de repiquer les jeunes plants en pleine terre, sinon la fonte des semis risque de se développer, et les ravageurs vont finir par investir les planches. Les plants ne seront pas vigoureux une fois repiqués en pleine terre. C'est aussi ce qui s'est passé.

CHOUX DE CHINE :

L'année prochaine, préférer semer les choux de chine plus tard. Comme ça, une fois mis en place, ils ne souffriront pas d'un trop plein d'eau.

Asperger de solution de neem dans la pépinière (attention au dosage de savon !), mais aussi dès le repiquage en plein terre, sinon les ravageurs vont se régaler.

AUBERGINES :

Au lieu de faire des buttes, il aurait été préférable de faire des carrés légèrement incurvés, puisque le repiquage a eu lieu à la fin de la saison des pluies.

Vérifier régulièrement la présence de « dipteres agromyzides » (petite mouche noire) : en effet, il est plus efficace d'épandre de la solution de neem contre les œufs ou les larves ( j+2- j+3 après la pondaison).

OEILLETS D'INDE :

Une fois repiqués en pleine terre, ils ne semblent pas apprécier d'être trop arrosés.